Les années de croissance : 1960s

Les possibilités de formation se sont multipliées durant les années 1960, à une époque où les Canadiens aspiraient à un avenir affichant à la fois un esprit jeune et rebelle et un sens des responsabilités conventionnel. Le monde des affaires et les gouvernements ont financé l'exploitation de l'hydroélectricité, du pétrole et d'autres ressources naturelles, et l'industrie automobile a pris son essor. La vie au Canada était attrayante et prospère, à la face d'un monde déchiré par des tensions géopolitiques croissantes, un fait dont ont pris acte les 50 millions de visiteurs et les 62 nations ayant participé à l'Expo 67, l'exposition universelle tenue à Montréal. La prospérité économique générale continuait de s'appuyer sur la diffusion d'information factuelle aux consommateurs, un rôle dont les membres de la SCRP s’acquittaient admirablement.

Juin 1966

Jalon 18
Revitalisation

1960: Lors de l'assemblée générale annuelle tenue à la conférence nationale d'Ottawa, une foule de changements sont apportés à la constitution : des amendements sur l'adhésion, les obligations des membres, la représentation et le droit de vote sont adoptés et la mission de la Société est révisée. Dans la perspective d'un avenir cohésif, le Conseil national, sous la direction du président national sortant, John Sheridan, et du président national entrant, George Lawrence, entreprend d'accroître le sentiment de cohésion entre l'organisation nationale et les sociétés membres locales.

Jalon 19
La Saskatchewan emboîte le pas

1960: Fondée en 1959 sous le président Len Bland, la Société des relations publiques de la Saskatchewan, composée de 27 membres, accepte de s'unir à la SCRP le 11 janvier 1960. Lorsque la SCRP approuve la création de la SCRP-Saskatoon sous la présidence de Merv Benson, le 27 juin 1980, la South Saskatchewan Public Relations Society, comme l'appelaient les membres de Regina, devient la SCRP-Regina le 22 juillet 1999.

Jalon 20
Le Code d'éthique professionnelle

1961: Sous la direction du président national Harvey Adams, un pas de géant est réalisé en dotant la constitution de la SCRP d'un code de conduite professionnelle. Ce code d'éthique exige que les membres de la SCRP s'engagent à maintenir l'esprit et les idéaux de leur organisation professionnelle. Il est ultérieurement rebaptisé « Code d'éthique professionnelle ».

Jalon 21
La Atlantic Public Relations Society se joint à la SCRP

1962: Fondée à Halifax en 1957 et dirigée par le président fondateur Glen Hancock, la Atlantic Public Relations Society (APRS) englobait les quatre provinces de l'Atlantique. Le 22 mars 1962, elle devient membre de la SCRP sous la présidence de Jim McKeage (Halifax). Il s'agit du dernier maillon de la chaîne reliant les professionnels des relations publiques d'un océan à l'autre au Canada. Terre-Neuve est la première à s'affranchir de l’APRS en rejoignant la SCRP-Terre-Neuve sous la direction du président Bruce Woodland ainsi que de Charles Bursey et de Don Nicolle, le 27 février 1969. Lorsque la SCRP-Nouveau-Brunswick devient membre indépendant en juin 1977 sous le président President Wesley T. Kelley, la SRPA devient la SCRP-Nouvelle-Écosse en octobre de la même année. Près de 20 ans plus tard, en 1996, la SCRP-Île-du-Prince-Édouard est officiellement reconnue comme société membre; Ann Stanley en est la première présidente.

Jalon 22
Création de Grands prix

1962: Kim Beattie (Toronto) et Gordon Watt (Ottawa) sont à la tête de travaux visant à créer et à dévoiler trois nouveaux prix soulignant des réalisations en relations publiques : la Lampe emblématique de la SCRP, remise en reconnaissance d'éminents services rendus à la SCRP; le Prix de réalisations exceptionnelles de la SCRP, soulignant une contribution exceptionnelle à l'avancement des relations publiques; et l'Écusson du service public de la SCRP, décerné en reconnaissance d’éminents services à la communauté. Les premiers lauréats sont les suivants : Jack Brockie (Toronto), Lampe emblématique de la SCRP; Walter Herbert (Ottawa), Prix de réalisations exceptionnelles de la SCRP; et Bernard Brouillet (Montréal), Écusson du service public de la SCRP. Ces innovations sont suivies en 1968, de la création du Lutrin de la SCRP, à la mémoire du défunt président national Norman Dann, de Montréal. Ce prix est remis chaque année à la Société membre qui a réalisé des progrès remarquables dans la réalisation de sa mission et de ses objectifs. L'Atlantic Public Relations Society est la première lauréate du prix. Dix ans plus tard, le Prix de recrutement est créé pour souligner l'accroissement annuel net de l'effectif d'une Société membre. Offert par le CN, ce prix en argent est remis à la mémoire d'Emery LeBlanc, ARP, ancien employé du CN et président national de la SCRP.

Jalon 23
Un nouveau nom pour la SCRP-Montréal et une formation de RP en français

1963: Constatant le nombre croissant de membres dans la province de Québec, et particulièrement dans sa capitale, la SCRP-Montréal modifie son nom pour SCRP-Québec, sous le président Joffre Miville Dechêne, en 1963. Les sociétés membres du Québec, prenant exemple sur des activités semblables organisées ailleurs au pays, encouragent leurs praticiens à se doter d'une éducation et d'une formation formelles de niveau universitaire. En 1964, Paul Dumont-Frenette, ami et collègue du pionnier américain des RP, Scott Cutlip, devient le premier Canadien français à écrire sur la théorie et la pratique des relations publiques dans cette langue; il fait également la promotion de l'éducation universitaire formelle dans cette discipline. De 1964-1976, il donne un cours d'introduction aux relations publiques à l'Université de Montréal. Dix ans plus tard, l'Université Laval fonde le premier programme universitaire de relations publiques en français, sous la direction de Jean-Francois Bertrand. Le corps enseignant compte des praticiens aguerris des relations publiques, dont Serge de la Rochelle, ARP, Michel Dumas et Paul Laurent. Yves St-Amand, ARP, qui est plus tard devenu président national de la SCRP, est parmi les premiers à décrocher ce diplôme, en 1976.

Jalon 24
Ouverture du bureau national à Ottawa

1967: La SCRP ouvre un bureau national et un secrétariat au 77, rue Metcalfe, à Ottawa sous son premier directeur exécutif, Stan Conder, ARP (1967-1970). Ron Coulson, ARP (1970-1972), est nommé premier directeur exécutif à temps plein et s'installe au bureau du 88, rue Argyle. Il est la seule personne à avoir occupé ce poste avant de devenir président national. Le bureau déménage au 220, avenue Laurier Ouest lorsque Patrick Macleod, ARP, lui succède comme directeur exécutif (1972-1985); ce poste est ensuite confié à Arbo Mattila, ARP (1985-2000).

Jalon 25
La reconnaissance professionnelle par l'agrément

1968: Lors de l'AGA de 1966, la SCRP décide que l'agrément doit être mis en œuvre le 1er juillet 1968. Sous le règne de l'ancien président national, Jack Yocom, une assemblée générale de délégués tenue dans le cadre de la conférence nationale de 1967 adopte la résolution de lancer ce programme historique. Le projet est élaboré par M. Yocom et, entre autres, par les praticiens torontois Ruth Hammond, Charles Tisdall et Roby Kidd, professionnel de l'éducation des adultes de l'Université de Toronto. Ils conviennent que l'adoption d'un processus d'agrément – et du statut d'ARP – apporterait la reconnaissance de l'expérience et de la pratique individuelles en relations publiques et permettrait de mesurer la compétence et les réalisations personnelles dans ce domaine. Soixante-cinq membres soumettent leur candidature par le biais du processus d'agrément en 1968, et le premier titre d'ARP est octroyé en 1969. Walter Herbert, praticien des relations publiques depuis 1932, devient le premier examinateur en chef responsable de l’agrément; il conservera ce poste durant plus d’une décennie.

Jalon 26
Le 20e anniversaire

1968: La SCRP célèbre son 20e anniversaire à Calgary, lors de la conférence nationale qui a lieu du 3 au 6 juillet sous le thème « Les relations publiques : une force rassembleuse au Canada ». Le président national Samuel Gagné, ARP, préside l’assemblée générale annuelle.

Jalon 27
La première conférence nationale interprovinciale

1969: La conférence nationale a lieu dans la région de l'Atlantique du 17 au 21 juillet, sous la présidence de Stewart Anderson (Halifax). L’événement est animé conjointement par des membres du Nouveau-Brunswick à Saint John et de la Nouvelle-Écosse à Digby. Les délégués ont franchi la baie de Fundy en traversier pour se rendre aux deux lieux de réunion.